Partagez | 
 

 Ouvrir les yeux et se dire : « merde. » [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 13
Arrivée : 06/11/2012

MessageSujet: Ouvrir les yeux et se dire : « merde. » [Libre]   Mer 7 Nov - 13:05

[image]
J'ouvre les yeux et les referme aussitôt en grimaçant. Qu'est-ce que le soleil pouvait taper de bon matin ! Sous mes paupières, l'explosion de couleur blanche s'estompe peu à peu et, en dépit de la brièveté de leur exposition à la lumière, mes yeux fragiles commencent à verser des larmes. Je porte mes paumes contre mon visage et me frotte lentement les mirettes en gestes concentriques pour les apaiser puis entreprends la recherche de mes lunettes en tâtonnant les poches de mon pantalon. Mes doigts parcourent le contour de mon portefeuille, de quelques pièces de cuivre abandonnées et d'un petit carton rectangulaire mais de bésicles point en est. Avec un grognement, je me relève sur les genoux et pars à l'exploration de mon lit pour tenter de mettre la main sur mon pardessus lorsque je frôle une matière des plus étranges. A l'aveuglette, j'englobe de mes mains ce qui semble être un tissu soyeux et rigides, peut-être même muni de poils d'une merveilleuse souplesse. Ma palpation me fait remonter le long d'une sorte de tube velu pour enfin déboucher sur un morceau très impressionnant. Je souris et me mets à caresser cette douce matière puis remonte vers un simili de menton, d'une bouche, d'un nez, de... de deux yeux ?

Je sursaute et crie lorsque deux puissantes pattes s'abattent sur mes poignets et m'obligent à reculer. Mes yeux s'ouvrent sous l'effet de la panique et cherchent la source de cette agression. Je ne vois qu'une énorme masse sombre à la silhouette humanoïde. Plissant les paupières pour filtrer la lumière qui m'arrive en plein dans la figure, je tente de distinguer de quelle nature peut être cette chose bizarre mais douce comme de la soie. Je semble apercevoir une longue crinière qui lui descend sur les épaules alors je m'éclaircis la gorge :

« Pardonnez ces malencontreux attouchements, madame, je peux vous assurer que je n'ai en rien l'esprit d'un homme vicieux et dépravé, même si je ne rechigne pas à palper du sein lorsqu'on me le propose. » Je termine sur un grand sourire niais qui disparaît dans la paume de mon nouveau camarade lorsque celui-ci s'empare de mon visage. « Ah ! 'Ous êtes ben aimab' ! » réussis-je à articuler en lui bavant un peu dessus. « 'Ous 'rotégez mes yeux de la luière, et Deus sait qu'ils 'ont sensib' ! 'Erci ! »

Je n'ai que le temps d'entendre sa réponse (un grognement bestial digne d'un ours mal léché) avant qu'il ne me fracasse la tête sur le sol, m'envoyant dans de sombres ténèbres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 7
Arrivée : 05/11/2012

MessageSujet: Re: Ouvrir les yeux et se dire : « merde. » [Libre]   Jeu 15 Nov - 16:46

Une douleur fulgurante dans la poitrine. La lame m'avait traversé, déchiquetant mon coeur. Le sang s'écoulait en pleine anarchie hors de mes veines et artères, se déversant sur ma chair, mes organes, ma peau, son visage déterminé et stupéfait. Plus rien n'était irrigué : mon organisme était devenu un véritable capharnaüm destiné à s'effondrer dans les quelques secondes qui suivaient. Je chutai. J'allais toucher le sol.

Je me réveillai soudainement, en sueur et une douleur abominable tambourinant dans mon crâne. Où étais-je ? Après avoir enfilé mes lentilles assombrissantes pour ne pas être aveuglé davantage par la clarté environnante, je regardai autour de moi. La salle était emplie de plusieurs personnes qui avaient l'air de savoir à peu de choses près aussi bien que moi ce qui leur était arrivé. Me trouvais-je dans une sorte de clinique suite à ma blessure ? Non, les dommages étaient irrécupérables. J'étais supposé être mort, alors qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ? Giolin n'était-il qu'un cauchemar, ce garçon qui m'avait ôté la vie ? Je regardai mon torse, et une large cicatrice y trônait. Non, j'étais bel et bien supposé être mort.

Les êtres qui m'entouraient étaient plus étranges les uns que les autres : un homme était vêtu d'une longue cape violacée aux aspects de velours, une femme avait des cornes semblables à celles des caribous, une personne mesurait à peine 1m25, etc. Mais où étais-je tombé..? Et pourquoi leurs oreilles étaient-elles toutes coupées ? Ils avaient dû subir une sorte de châtiment terrible pour qu'on leur coupe cette partie de leur anatomie... Je ne pouvais m'empêcher de les plaindre pendant que je me questionnais encore sur le lieu où nous nous trouvions. Une sorte de purgatoire peut-être ?

Mais parmi tous ces êtres s'en trouvait un qui faisait un vacarme sans nom. Il semblait qu'il eu mis de mauvais poil une sorte de créature à l'air assez peu commode. Il tenta bien de discuter avec, mais son tact semblait limiter, et ses manières peu présentes. Alors la créature s'énerva, le frappa violemment au crâne et l'envoya dans un autre montre. Pouvait-on se faire assassiner au purgatoire ? Quand la bête sembla calmée, je m'assis doucement sur le bord de mon lit. J'étais pris de quelques vertiges incommodants, mais je me levai après quelques secondes d'habituation à ma nouvelle position.

Je m'approchai du lit du pauvre homme qui semblait avoir une bosse impressionnante sur le crâne tout en gardant un oeil sur la bête fort agressive. Alors qu'il était inconscient, je l'observai de plus près. Mais enfin, ça n'avait aucun sens ! J'écartai ses cheveux précipitamment pour vérifier ce qu'il m'avait semblé voir. Non, lui non plus n'avait plus d'oreilles. Minutieusement, j'approchai mon visage pour y voir plus clair : le travail avait été précis, il n'y avait même pas de marque. Je ne comprenais pas cette attention à ne pas laisser de cicatrice s'il s'agissait d'un châtiment. Définitivement, nous n'étions pas de la même culture. Je secouai vaguement l'homme qui me faisait face, frappant sa tête contre la barre du lit involontairement.

- Mince, excusez-vous ! Je ne voulais pas que vous soyez de nouveau frapper...! Euh... vous m'entendez ?

Mais le bruit assourdissant qu'avait fait la tête du pauvre homme contre la barre métallique n'avait pas plus à la bête. Elle se retourna violemment, grogna, et s'approcha de nous à grand pas, nous saisissant moi et mon compagnon d'infortune dans une main chacun et nous souleva du sol. J'étais livide (ou plutôt grisâtre), priant pour que l'autre victime ait une idée lumineuse pour calmer la bête, ce dont je doutais étant donné sa prestation de bonnes manières assez piètre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 26
Arrivée : 14/11/2012

MessageSujet: Re: Ouvrir les yeux et se dire : « merde. » [Libre]   Jeu 15 Nov - 17:42

Un bruit, ou plutôt.. Plusieurs bruits me tirent de mon lourd sommeil. C'est sûrement mon idiot de frère et ma mère. J'essaie de les ignorer, mais je remarque que je suis installée sur un lit plutôt inhabituellement inconfortable et que les bruits ne proviennent pas des personnes auxquelles j'ai pensé un peu plus tôt. J'ose ouvrir un œil mais le referme aussitôt, aveuglée par la lumière abondante. Ça aussi, ce n'est pas habituel, notre hôtel étant situé dans un endroit plutôt sombre. Si je tiens compte de la lumière aveuglante, de ce lit inconfortable et de ces voix inconnues, je ne suis pas là où je pense. J'essaie de rouvrir les yeux, lentement. J'entraperçois une personne en secouer un autre assez doucement, sans doute dans le but de le réveiller. Ladite personne ne doit pas être très bien réveillée car elle a cogné son compagnon contre la barre du lit, j'ai un peu mal pour lui ..

« Mince, excusez-vous ! Je ne voulais pas que vous soyez de nouveau frappé..! Euh... vous m'entendez ? »

Suite à ça, une sorte de monstre immense faite de poils se retourna puis se dirigea vers eux en grognant. Elle les empoigna en les soulevant, sans prendre en compte que l'un d'entre eux était encore inconscient. Prise d'un élan de panique, je me cachais inutilement sous le lit, ne voulant pas voir la scène. Me cacher ne m'empêcha pas d'entendre l'un des deux concernés, il essayait sans doute de négocier. Au vu de la carrure de la personne en face de lui, je me demandais si vraiment ils avaient une chance de s'en sortir. Dans un élan de bonté désespéré, je me levais d'un bond pour essayer de faire face à la bête. Celle-ci me fixa, l'air de dire avec son regard cruel que quoi que je fasse je resterais inutile, quoique peut-être à passer aussi par l'étape "fais toi frapper par moi histoire que je me calme" si je devenais trop pénible. Figée sur place, je ne savais plus vraiment ce que je pouvais faire.

[HS : Je m'excuse, c'est court mais .. Je ne suis pas encore vraiment habituée ._.]
[Profitant d'un moment inattention de la bête, je courais vers la sortie. Enfin ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 3
Arrivée : 21/01/2013

MessageSujet: Re: Ouvrir les yeux et se dire : « merde. » [Libre]   Mer 23 Jan - 20:04

Lilith ouvrit les yeux en sursaut, elle avait un tissu sur le visage, sur tout le corps en fait, qui l’empêchait de voir quoi que ce soit. Elle voulut le soulever par le côté mais elle ressentit une douleur fulgurante à la main et une odeur de brûlé vint envahir son nez. Elle rabaissa immédiatement le sombre drap sur elle, paniquée.
Sa tête fût traversée par de multiples questions, doutes et raisonnements. Elle inspira profondément afin de se calmer et de pouvoir réfléchir à la situation présente.
Premièrement elle ne pouvait pas bouger le drap sous peine d’être brûlée vive. Deuxièmement elle n’avait aucun moyen de savoir combien de temps il lui restait avant la tombée de la nuit...
Son ventre émis un borborygme sonore et coupa sa réflexion. Elle avait fin, ce qui ne simplifiait en rien la situation présente.
Elle resta calme et ouvrit tous ses sens afin d’essayer de savoir ce qui l’entourait, des odeurs inconnues venaient se mêlées à l’odeur de brûlée, des odeurs qu’elle était dans l’incapacité e reconnaître.
Elle sentait la présence des autres personnes dans la pièce et elle se mit à espérer que parmi tous ces gens se trouvait son futur repas.


-*Bon, restons calme, si j’attends sagement la tombée de la nuit je pourrais sortir de là-dessous, il doit bien y avoir un humain parmi ces personnes, créatures, choses ? Hoooo il y en a un qui sent drôlement bon, je me demande quel goût il a…*

Lilith entendait vaguement des gens discuter mais ne saisissait pas les tenants de la conversation car elle était en train de humer tout ce qui l’entourait et se démenait mentalement pour trouver une solution à son cas qui semblait des plus pénibles. C’est alors qu’elle entendit un son assez fort qui semblait être celui d’un crâne sur une surface métallique.

-*Sang Dieu, que se passe-t-il ici ? *

Lilith tendit l’oreille et essaya de comprendre ce qui se passait, son ventre émis un autre bruit, si elle ne mangeait pas rapidement une chose horrible risquait de se produire.
Elle restait à l'affût du moindre signe qui pouvait lui apporter aide et éclaircissement sur la situation présente, malheureusement cela ne semblait pas possible à réaliser.
Elle se demanda vaguement si quelqu'un allait la remarquer, elle qui devait sûrement être un des seuls êtres de cette pièce à rester sous une saleté de couverture pour ne pas finir en cendre.
D'habitude sa nature de vampire était plutôt avantageuse, mais pour la première fois de sa vie, ici, c'était le contraire.

Elle se sentait vulnérable et faible et ça ne lui plaisait pas du tout...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ouvrir les yeux et se dire : « merde. » [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ouvrir les yeux et se dire : « merde. » [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ouvre les yeux la vie est belle ...
» Aujourd'hui, vous allez pouvoir ouvrir les yeux et entendre le son de la vie. [Terminée ?]
» ouvrir les yeux et se rendre compte qu'il est déjà trop tard
» Un miroir, des yeux, deux couleurs... et une suprise....?! QUOI?! Ma soeur?! [Pv Clio]
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ville :: Découverte et confusion :: La chambre blanche-